Ah ! Montmartre ! Probablement l’un des quartiers les plus connus de Paname.

A partir du XIXe siècle, ce p’tit village des hauteurs de Paris aux espaces encore très « campagne » à l’époque devient le repère des artistes et des poètes, à l’image d’un Montmartre gouailleur et populaire, avec sa Butte, ses cabarets et goguettes, ses moulins, ainsi que son Sacré-Cœur. C’est ce sentiment de « bande-à-part » envers les autres parigots, de ce petit coin de verdure à l’abri des grands boulevards de la ville que s’approprie de nombreux compositeurs, paroliers et chanteurs. C’est également un endroit significatif dans le monde musical français, en tant que berceau de la chanson réaliste et du café Concert (dit caf’ conc’). Alors, prenons un peu de hauteur sur la Butte afin de découvrir ce qu’est ce Montmartre fait de chansons.

       

                                                                                                                CHEZ BRUANT, A MONTMERTRE

 

Comment ne pas débuter cette chronique sans parler du grand Aristide Bruant (1851-1925) ! Certainement l’une des figures les plus représentatives du quartier.

En 1892, le chansonnier écrit « A Montmertre » qui devient le refrain des populos du quartier. C’est d’ailleurs ce qu’entretient l’auteur dans ses compositions (comme A la Vilette, A la Bastoche, Roquette…etc). Toujours sur le même air que les autres, Bruant dresse le portrait d’un gaillard montmartrois, à la vie pauvre mais bohème :

 

« Je n’fus pas très heureux depuis,

J’ai bien souvent passé mes nuits,

Sans couverte,
Et ben souvent, quand j’avais faim,

J’ai pas toujours mangé du pain,

A Montmerte. 

Mais on était chouette, en c’temps-là,

    On n’sacrécœurait pas sur la Butte déserte,

        Et j’faisais la cour à Nini,

           Nini qui voulait fair’ son nid,

                                                                             A Montmerte. »

                                    QUAND BOYER MONTE LA D’SSUS

En 1922, le poète Lucien Boyer (1876-1942) écrit une chanson destinée à la République de Montmartre. Pour la petite histoire, il s’agit d’un mouvement politique et culturel montmartrois qui émerge à la fin du XIXe siècle. La République de Montmartre a pour objectif de promouvoir l’indépendance du quartier par rapport au reste de Paris.

Ainsi, la chanson « Tu verras Montmartre » montre cet esprit de rébellion et d’indépendance du quartier. Elle encourage les gens à monter à Montmartre pour découvrir son charme unique:

                                                  « Mont’ là-d’ssus (bis)

                                 Mont’ là-d’ssus et tu verras Montmartre

                                                  Et sois bien convaincu

                             Qu’ tu verras sûr’ment quéqu’chos’ de plus

                                                      (Mont’ là-d’ssus)

                                                De là haut s’il fait beau

                                    Tu verras de Paris jusqu’à Chartres 

                          Si tu n’l’as pas vu t’as qu’à monter là- d’ssus

                                             Et tu verras Montmartre. »

 

La chanson évoque également la diversité culturelle et la créativité qui règne alors dans le quartier. Véritable hymne populaire de Montmartre, le succès de cette dernière est telle, que plusieurs parodies voient le jour, comme « Mont’ pas d’ssus » (par Jules Hubert) en 1925.

                                                                                                                      A MONTMARTRE LA-HAUT

Dans la même veine que la précédente, ici d’ailleurs toujours écrite par ce cher Lucien Boyer. La chanson nous embarque une fois de plus sur les hauteurs de la Butte :

 

« Chéri, si tu m’en crois,

Nous irons pas en voyage ; Laissons les bourgeois
Pendant trois mois au casino d’la plage ! Pourquoi fair’les balots
A Deauvill’ comm’c’est l’usage…
Les soirs d’été sont plus beaux,
A Montmartre tout là-haut »

 

                                 

 

 

 

 

                       

                                CES MÔMES DE LA BUTTE, CES GOSSES DE MONTMARTRE

 

En 1939, le chanteur Monty créé la chanson « Les gosses de la Butte de Montmartre » de Richard Capez. Cette chanson dépeint la condition des enfants vivants dans le quartier. Ceux que l’ont nommes les « poulbots » :

« Nous sommes les goss’s de la Butte Montmartre
Fiers et joyeux nous aimons son histoire,
Jurons que jamais nous laisserons abattre
Notre Cité pleine de gloire ! »

 

Cette figure, popularisée par l’illustrateur montmartrois Francisque Poulbot, symbolise la pauvreté des enfants de Montmartre autrefois. A l’image d’un Gavroche à casquette, les Poulbots sont généralement montrés comme des enfants à la fois débrouillards et innocents, connus pour être doté d’un esprit d’indépendance et d’une capacité à se débrouiller seuls dans les rues de Montmartre.

 

 

 Au travers de toutes ces chansons réalistes et populaires, on se rends vite compte qu’entre la fin du XIXe et jusqu’à la moitié du XXe siècle, Montmartre est représenté dans une atmosphère gouailleuse et faubourienne, se reflétant dans ce mélange de vie bohème et simple. Inspirant ainsi bon nombres d’artistes et d’auteurs.

Aussi, le quartier va influencer fortement la musique française. 

Montmartre et ses hauteurs deviennent ainsi l’un des principaux centre de la vie artistique et culturelle parisienne.

 

 

Mlle Naïs NOLIBOS